mardi 2 juillet 2019

Roman d'été : Le jour où la guerre s’arrêta – Pierre Bordage

Bordage place son roman sur Terre, parmi les humains, leurs guerres et  leurs croyances. L’enfant (notre personnage principal, amnésique et donc sans prénom) ne comprend pas les humains, malgré le fait qu’il puisse lire à livre ouvert dans leurs âmes. Il ne comprend pas la guerre et se demande si les chefs des hommes ont vraiment envie de l’arrêter et comment il vont faire pour ce faire. Cela résonne drôlement dans notre actualité. 

Bordage va aborder tout au long du périple la perte de la connexion avec la nature, les œillères mise par la religion et la société, la peur de la mort et l’idée saugrenue des hommes de vouloir suivre des chemins tracés par d’autres plutôt que d’écouter leurs désirs. Le tout dans un style fluide et agréable.

L’enfant, ne sait pas ce qu’il est, ni d’où il vient et possède des facultés étonnantes. Il est « pur » et « innocent », voyage sur le vent et parle à la matière. Il éprouve de l’empathie pour tout ceux qu’il rencontre et utilise le pouvoir de l’amour pour les aider. Mais je n’ai personnellement ressenti aucune empathie pour ce gamin, qui pourtant à un but noble et juste. Je n’ai pas pris, car je n’y croit plus.

Stopper la guerre, la haine c’est un peu demander aussi aux hommes de ne plus être si humain. Les autres personnages sont anecdotiques, même Manu, le journaleux qui est l’un des seuls à croire aux capacités de l’enfant.

 à suivre

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.